Des structures recherchent du personnel

Association du Douaisis L ’association Plateforme Santé Douaisis est à la recherche d’un médecin coordonnateur diplômé(e) en Soins Palliatifs pour son Réseau de Soins Palliatifs. Le poste à pourvoir peut être un CDI cadre, une vacation ou une mise à disposition de 5h15 par semaine (cf : fiche de poste en pièce jointe). Polyclinique de Grande […]

Lire la suite
Enquête du Professeur Régis AUBRY

Chers collègues Compte tenu de la moyenne d’âge des médecins des structures dédiées en soins palliatifs et de l’augmentation probable de ces structures de recours en soins palliatifs (USP, EMSP, ERRSPP, réseaux de SP), nous souhaitons conduire une enquête pour connaître les besoins futurs de formation pour des médecins intervenants dans ces structures dites de […]

Lire la suite
PREMIÈRE JOURNÉE RÉGIONALE CSPHF

LES SOINS PALLIATIFS… VERS LE FUTUR
Lille Grand Palais
Jeudi 14 novembre 2019 de 8h30 à 17h00

Lire la suite

Vous cherchez une structure de soins palliatifs ou une association de bénévoles ?

CLIQUEZ ICI

Vous souhaitez soutenir l’action de la CSPHF pour l’accès de tous aux soins palliatifs ?

Cliquez ici

Vous désirez rejoindre l’équipe de la CSPHF et adhérer à l’association ?

Cliquez ici

Association du Douaisis

L ’association Plateforme Santé Douaisis est à la recherche d’un médecin coordonnateur diplômé(e) en Soins Palliatifs pour son Réseau de Soins Palliatifs. Le poste à pourvoir peut être un CDI cadre, une vacation ou une mise à disposition de 5h15 par semaine (cf : fiche de poste en pièce jointe).

Polyclinique de Grande Synthe

Chers collègues



Compte tenu de la moyenne d’âge des médecins des structures dédiées en soins palliatifs et de l’augmentation probable de ces structures de recours en soins palliatifs (USP, EMSP, ERRSPP, réseaux de SP), nous souhaitons conduire une enquête pour connaître les besoins futurs de formation pour des médecins intervenants dans ces structures dites de niveau 3.

Le Collège National des Enseignants pour la Formation Universitaire en Soins Palliatifs (CNEFUSP) a élaboré un projet de formation diplômante accessible aussi bien via la formation initiale que via la formation continue.

La mise en place de ce dispositif va nécessiter des moyens budgétaires importants qu’il nous faut chiffrer pour les intégrer dans le prochain plan de développement des soins palliatifs.

C’est cette enquête qui va donc nous permettre de connaître le plus précisément les besoins de formation des médecins pour les 5 ans à venir pour faire fonctionner les structures de soins palliatifs

Pour ceux d’entre vous qui travaillez dans ces structures de recours  (EMSP, USP, ERRSPP ou réseaux de soins palliatifs), je vous saurais gré de bien vouloir y répondre tant les enjeux me semblent majeurs. Si vous recevez cette enquête par un autre canal dans les jours qui viennent, n’y répondez bien sûr qu’une seule fois.

Je vous remercie par avance de vos retours.


Cordialement

Régis Aubry

Enquête auprès des médecins de soins palliatifs

Pourquoi cette enquête flash?

Nous sommes actuellement à un tournant dans l’organisation des structures de soins palliatifs dites « de niveau 3 », c’est-à-dire les Unités de Soins Palliatifs (USP), les Équipes Mobile de Soins Palliatifs (EMSP), les réseaux de santé en soins palliatifs, et enfin les Équipe Ressource Régionales en Soins Palliatifs (ERRSPP).

L’augmentation à venir des besoins dans la population va nécessiter la formation de nouveaux médecins de soins palliatifs pour répondre aux situations complexes. Nous devons d’abord nous assurer que la création de nouvelles structures et le renforcement des unités et équipes existantes s’accompagne d’un nombre suffisant de nouveaux médecins formés. A cela s’ajoute la nécessité d’anticiper (à ~5 ans) les départs à la retraite et les éventuels projets d’évolution professionnelle des médecins actuellement en poste.

Dans le cadre du prochain plan de développement des soins palliatifs et de la réforme de la formation médicale, nous avons l’opportunité de demander des moyens importants pour financer la formation et les stages des nouveaux médecins de soins palliatifs qui, demain, travailleront dans les USP, EMSP, Réseaux de santé et ERRSPP.

Mais pour cela, nous avons besoin de vous. Pour étayer les demandes de financement, nous devons être capables d’estimer le nombre de nouveaux médecins qu’il faudra former au cours des 5 prochaines années pour accompagner la création de nouvelles structures et pour compenser les départs prévus. C’est à ça que sera cette enquête, qui est menée avec le soutien de la Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs (SFAP).


Qui est concerné par cette enquête ?

Tous les médecins de soins palliatifs qui exercent, à temps plein ou à temps partiel, en :

  • Unité de soins palliatifs (USP),
  • Equipe mobile de soins palliatifs (EMSP),
  • Réseau de santé en soins palliatifs ou plateforme territoriale d’appui,
  • Equipe ressource régionale en soins palliatifs (ERRSPP)

Cela inclut les chefs de clinique et les assistants hospitalo-universitaires (CCA). En revanche, les externes et les internes en médecine ne sont pas concernés par cette enquête.

Pas plus de 5 minutes, montre en main

Cette enquête est très courte, elle ne vous prendra que 5 minutes. Vous pouvez y répondre sur ordinateur, tablette ou smartphone.

Nous vous conseillons de compléter le questionnaire en une seule fois: vos réponses étant entièrement anonymes, il est impossible de sauvegarder un « brouillon » comme c’est parfois le cas dans des enquêtes plus longues.

button_cliquez-ici-pour-acceder-au-questionnaire (2).png

LES SOINS PALLIATIFS… VERS LE FUTUR

Lille Grand Palais
Jeudi 14 novembre 2019 de 8h30 à 17h00

Les moments forts de cette journée

Dr. François-Xavier Derousseaux

Les précédentes associations CRSP du Nord Pas-de-Calais et URSPP de Picardie, toutes deux investies dans le champ des soins palliatifs dans nos ex-régions, se sont engagées en 2017 dans un projet de coopération qui a finalement débouché sur la création d’une nouvelle entité juridique commune.

Lire la suite du discours du Dr. Derousseaux

1ère Plénière

« Partir d’hier pour construire demain »

Par le Pr Dominique JACQUEMIN

Titre titanesque qui m’est proposé pour cette conférence introductive de la 1ère journée régionale de la coordination des soins palliatifs des Hauts de France marchant résolument vers « son futur ». Qui a la légitimité de dire tout ce qu’a été hier et qui serait assez assuré pour prédire ce que sera demain ? Ayant terminé voici peu la lecture du livre collectif de Marie-Hélène Salamagne et Patrick Thominet relatif à leur bilan de 30 ans des soins palliatifs en France, je me demandais à moi-même ce que je pourrais dire d’autre que ce qui a été développé dans ce très bel ouvrage. Et pourtant, le regard attentif y découvrira qu’aucun chapitre n’y est consacré à la dimension spirituelle alors que, au nom de la douleur souffrance totale et de sa prise en charge, on revendique cette dimension comme un fondement constitutif de la prise en charge palliative. 

Lire la suite 

ATELIER 1

« Les sédations en question : controverses « 

Par le Dr Chloé Prodhomme

La dynamique de l’atelier avait pour objectif de faire naître, au sein du public, débat, questions et controverses autour des sédations en fin de vie. La présentation a débuté par une question autour de l’installation sur le terrain de la sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès (SPCJD) dans l’esprit de la loi Clayes Leonetti. Une première partie présentait les premiers résultats de l’enquête menée par le centre national sur la fin de vie et les soins palliatifs, menée en 2019 sur une semaine donnée dans 14 établissements sur le territoire Français, soit plus de 80 services de soins (services de réanimation, d’urgence, d’oncologie, de gériatrie, unités de soins palliatifs…). L’objectif de cette enquête était d’identifier et comptabiliser les SPCJD prescrites, de connaître leurs indications, la répartition entre demandes et propositions de SPCJD (…) et de collecter quelques éléments sur leur mise en œuvre. Ces résultats questionnent par exemple les différences de pratiques entre services de médecine et de réanimation, notamment dans les indications des sédations ou les thérapeutiques utilisées et leur posologie. Une seconde partie analysait le registre des SPCJD tenu par l’USP du CHU de Lille entre 2018 et 2019. Là encore, la fréquence des SACS, les caractéristiques de la population considérée, les indications et la mise en œuvre de ces SPCJD sont questionnées avec la participation de la salle. Enfin, la présentation se terminait par une réflexion sur les moyens d’évaluation des SPCJD, et notamment l’utilisation en USP de l’A.N.I, système de monitorage en continu et non-invasif du tonus parasympathique renseignant sur l’état de confort et d’inconfort des patients.

ATELIER 2

« Les directives anticipées et la personne de confiance :     maintenant et demain »

Par Maître Carène PONTE

Les directives anticipées ne sont pas nouvelles. Elles ont été modifiées avec la nouvelle loi Claeys Léonetti en réponse à une demande des individus.

Les personnes malades ou non peuvent rédiger leurs Directives Anticipées mais ce n’est pas une obligation.

A savoir que les Directives Anticipées ne seront utilisées uniquement lorsque le malade n’est plus capable d’exprimer ses volontés.

Les Grands changements / principes :

  • Un mineur ne peut pas écrire de Directives Anticipées
  • Les Directives Anticipées sont révisables & révocables à tout moment. Le délai de validité de 3 ans a été supprimé. Elles sont modifiables en fonction de l’évolution de la maladie.
  • Elles s’imposent aux médecins sauf « en cas d’urgence vitale pendant le temps nécessaire à l’évaluation complète de la situation ». Elles peuvent aussi été écoutées si elles sont jugées inappropriées par 1 décision collégiale pluri-professionnelles. Importance de la notion de soins.
  • Si le malade est sous tutelle, il pleut rédiger des Directives Anticipées avec l’autorisation du juge.  Le tuteur ne peut ni l’assister ni le représenter.
  • Les Directives Anticipées peuvent dans le dossier médical partagé du patient via la carte vitale.  Elles peuvent aussi être conservées par le médecin traitant, le dossier de soins par l’auteur ou sa personne de confiance.

Il existe un formulaire de rédaction permettant d’en écriture  faciliter.

  • La personne de confiance :

1 parent, 1 proche, le médecin traitant le but de la personne de confiance est d’offrir un accompagnateur privilégié à la personne malade.

Elle a un avis consultatif. Elle porte la voix de celui qui ne peut plus dire.

La nomination se fait par écrit. La personne confiance nommée doit co-signée : ce qui incite à désigner une personne de confiance en dehors de toute hospitalisation .

ATELIER 3

« Respect de la loi au domicile »

Par le Dr Julie ONCLE

Voir le powerpoint

ATELIER 4

« Fiches pratiques : Pré-requis à la sédation »

Par le Dr Adrien EVIN

Après avoir présenté les deux référentiels sur lesquels se base la présentation (recommandation HAS 2018 sur la sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès et fiche SFAP « Les questions à se poser avant de mettre en place une sédation en situation palliative »), Nous avons  (re)défini ce que veut dire « une sédation en soins palliatifs », puis nous avons abordé « les pratiques sédatives » avec la proposition de la typologie SEDAPALL. Nous avons détaillé les scores  de RUDKIN et de RICHMOND (RASS) pour évaluer la profondeur d’une sédation. Et enfin nous avons fait un focus sur les questions à se poser avant la mise en place d’une sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès (rappel de la loi du 2 Février 2016, notion de procédure collégiale …).

ATELIER 5

« Staf.Pluri-professionnel (SPP) : recommandations et réalités »

Par le Dr Aurélie COMEAU et Christine PREAUBERT

Voir le powerpoint

2ème Plénière

« Les soins palliatifs vers le futur : un retour au corps »

Par le Professeur Donatien Mallet

voir le powerpoint

Pêle-mêle de photos

Remerciements à tous nos partenaires